Non classé

Ouriel Klein, conseiller en image

Un bon candidat aux élections européennes est un candidat à l’aise et qui attire le regard. Pour atteindre ces objectifs, certains n’hésitent pas à recourir à des spécialistes de l’image, afin de mettre toutes les chances de leurs côtés et de glaner des voix. A Bruxelles, Ouriel Klein s’emploie à « remodeler » les candidats afin qu’ils se présentent sous leur meilleur jour.

La première fois que le conseiller en image Ouriel Klein a rencontré Tomáš Zdechovský, eurodéputé depuis 2014 et candidat aux élections européennes, il a trouvé qu’avec ses cheveux en crête rassemblés au sommet de son crâne, le Tchèque ressemblait plus à « un requin » qu’à un politicien. 

Ni une, ni deux, il l’a emmené chez son coiffeur fétiche dans le centre-ville de Bruxelles, enjoignant l’élu à opter pour une coupe « plus mûre », « moins mastoc ». Puis, ils ont fait un détour par l’échoppe d’un tailleur, pour revoir la garde-robe du député. C’était il y a un an et demi. Depuis, Tomáš Zdechovský prend régulièrement conseil auprès d’Ouriel Klein, et plus encore aujourd’hui, alors que les élections européennes arrivent à grands pas. Le candidat ne le cache pas : 

« Je veux être réélu au Parlement et pour cela, je suis prêt à mettre toutes les chances de mon côté. Quand j’ai débarqué dans l’hémicycle en 2014, je n’avais pas du tout le look d’un professionnel de la politique. Aujourd’hui, à presque 40 ans, j’ai besoin de m’imposer un peu plus. Et c’est d’autant plus vrai pendant cette période de campagne. Grâce à Ouriel, j’ai appris à mieux m’habiller, à présenter une meilleure image de moi-même, bref, à me sentir bien dans mes baskets ! »

Mais de baskets, cela fait bien longtemps que Tomáš Zdechovský n’en a plus portées. Ouriel Klein lui a demandé de les réserver pour les rares week-ends qu’il passe en famille, dans sa ville d’Havlíčkův Brod en République tchèque, à jouer au ballon avec ses jeunes enfants. Le reste du temps, son quotidien est plutôt fait de chaussures cirées et de costards ajustés, toujours choisis avec soin en coopération avec Ouriel Klein. 

Ouriel Klein s’emploie à « remodeler » les candidats afin qu’ils apparaissent sous leur meilleur jour.

Le candidat garde ses costumes les plus habillés pour les débats télévisés, auxquels il participe en masse en amont du scrutin. Quand il tient des meetings, il choisit des vêtements plus décontractés, mais sans jamais faire tomber la veste. Tomáš Zdechovský est élu au sein du parti tchèque démocrate-chrétien de l’Union chrétienne démocrate – Parti populaire tchécoslovaque (KDU-ČSL), lui-même membre du Parti populaire européen (PPE). Or à droite, rares sont ceux qui optent pour un style carrément « sport ». 

A la recherche de la perfection

Pendant la dernière session plénière de la 8e législature du Parlement européen mi-avril, Ouriel Klein a fait le déplacement jusqu’à Strasbourg (où les élus se retrouvent, une semaine par mois) pour apporter en main propre à l’eurodéputé un nouveau costume, taillé dans un lainage bleu qui se froisse difficilement – un atout pour qui est en campagne et passe du temps sur les routes d’Europe.

Le conseiller en image Ouriel Klein en est persuadé : le bleu donnera au candidat aux européennes Tomáš Zdechovský du tonus et de l’assurance.

Tomáš Zdechovský compte déjà une demi-douzaine de costumes de ce genre, cousus sur mesure. Comble du chic, un discret liseré gris dépasse légèrement de l’ourlet, en bas du pantalon. Des boutons bicolores jusqu’à la doublure unie, l’élu a pu choisir toutes les finitions, en gardant à l’esprit les recommandations d’Ouriel Klein. Pour lui, il n’y a aucun intérêt à se contenter de prêt-à-porter : 

« Un costume Boss sorti de l’usine coûte autour de 800 euros. Celui-ci est à peine plus cher, et correspond vraiment à la morphologie de celui qui le porte. Si la fesse droite est un peu plus haute que la fesse gauche, pas de soucis, il suffit de le faire ajuster et le tour est joué ! Ce n’est qu’ainsi que l’on peut atteindre la perfection vers laquelle tous les candidats doivent tendre.”

Les parents d’Ouriel Klein rêvaient de voir leur fils devenir dentiste.

Ouriel Klein, lui aussi, cherche à chaque instant la perfection. Arrivé d’Israël en Belgique à l’âge de 21 ans, il a d’abord tenu à maîtriser parfaitement le français. Grâce à des cours du soir intensifs, il a rapidement coché cette case. Ses parents voulaient faire de lui un parfait dentiste. Ouriel Klein ne s’en sentait pas les épaules, se jugeant « trop émotionnel » et « pas assez rationnel » pour rejoindre le corps médical.

Combinaisons de couleurs

Car Ouriel Klein est un passionné, de ceux qui croient au feng shui et se laissent guider par leurs intuitions. Quand il se lance dans un projet, il ne fait pas les choses à moitié. Avant de devenir conseiller en image, il travaillait comme décorateur d’intérieur. Alors déjà, il avait à coeur de trouver les meilleures combinaisons de matières, de couleurs.

Le bleu cobalt du nouveau costume de Tomáš Zdechovský, il ne l’a donc pas sélectionné au hasard. Loin de là. Ce choix est le fruit d’une longue réflexion, à la recherche du bon ton. Ouriel Klein n’hésite pas à « photoshoper » ses clients, en jouant avec leur image jusqu’à trouver celle qui attirera vraiment le regard.

Chaussures, vêtements : la collection d’Ouriel Klein est impressionnante.

Ainsi, qu’il travaille pour lui ou pour les autres, Ouriel Klein veut garder chaque détail sous contrôle. Il aime passer des heures devant son écran pour trouver les marques de vêtements les plus originales ou dans les boutiques, pour dénicher l’accessoire dont il rêve.

Dans son entrepôt de la banlieue bruxelloise, il prend le temps de réfléchir aux meilleures associations de tissu ou de feuilleter des dizaines de catalogues de mode pour proposer à ses clients la meilleure coupe de cheveux. Ses services sont loin d’être donnés : il faut compter autour de 500 euros pour l’évaluation initiale, durant laquelle il analyse « ce qui va » et « ce qui ne va pas » chez un nouveau client, et quelques centaines d’euros de plus pour prétendre bénéficier de ses conseils.

Pour Ouriel Klein, pas de doute possible : avec sa peau « froide », ses yeux marrons et ses cheveux foncés, c’est le bleu qui va le mieux à Tomáš Zdechovský. 

Quid de la coupe du nouveau costume de Tomáš Zdechovský ? Elle reflète selon Ouriel Klein autant « la tradition » que « la modernité ». Le conseiller en image l’a bien compris : pendant la campagne en vue des élections européennes, c’est aussi et surtout aux jeunes qu’il faut s’adresser : 

“Il fallait donc sortir du classique, de l’ennuyeux. D’autant que Tomáš Zdechovský est jeune, lui aussi ! Le blanc et le noir, ça fait vite garçon de café. Et ces couleurs durcissent le visage. On peut bien sûr imaginer une touche de fantaisie… Mais une veste orange, c’est bon pour un week-end à Saint-Tropez, pas pour une campagne électorale. Le bleu, c’est bien, c’est doux, et ça a de l’allure. Ca ne donne pas un côté « gamin ». Car pour un candidat, il n’y a rien de pire : comment voulez-vous que les électeurs fassent confiance à quelqu’un qui donne l’impression de tout juste sortir des jupes de sa mère ?”

A Diegem, non loin de Bruxelles, Ouriel Klein dispose d’un stock impressionnant de vêtements, dans lequel il puise volontiers pour relooker les candidats.

Ouriel Klein demande toujours à ses clients de réfléchir à l’image qu’ils veulent renvoyer. Gentillesse ? Supériorité ? Calme ? Solidité ? La palette est large. Mais pour les candidats aux européennes, l’autorité et la maturité sont, pour lui, deux notions-clefs. Selon lui, seule une tenue élégante permettra de les coupler :

“Pour un homme, porter un costume, quand il est bien choisi, c’est la meilleure option pour bien s’habiller. Etre élégant est crucial pour cinq raisons : premièrement, c’est la première chose qu’on remarque. Deuxièmement, c’est un signe de maturité. Troisièmement, cela témoigne d’une certaine estime de soi. Quatrièmement, cela booste la confiance et cinquièmement, cela permet d’attirer – et de garder – l’attention sur soi. Tout cela, pour un homme politique en campagne, est absolument central ! “

En République tchèque, Tomáš Zdechovský est en deuxième place sur la liste du KDU-ČSL, juste derrière un autre eurodéputé sortant, Pavel Svoboda. Sauf accident majeur, Tomáš Zdechovský devrait donc retrouver son fauteuil d’eurodéputé à Bruxelles et à Strasbourg pour cinq années supplémentaires, et pouvoir continuer à compter sur Ouriel Klein pour parfaire son style. Récemment, il lui a même choisi un nouveau parfum.

Céline Schoen 

read more:

Be the first to leave a comment!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *